Bandeau_Ressources-traite_illegale.jpg
(c)National Maritime Museum, Greenwich, London

Traite illégale et archéologie maritime

Carte blanche à la Fondation pour la mémoire de l'esclavage

Plus de soixante ans séparent l’Utile et l’Anémone, deux navires construits en 1759 et 1823 à Bayonne. Tous deux sont en relation avec la traite maritime : l’un transporteur clandestin d’esclaves dans l’Océan Indien, l’autre chargé de lutter contre le commerce d’esclaves aux Antilles, en théorie interdit depuis 1817.
Tous deux gisent aujourd’hui au fond des mers et ont été fouillés scientifiquement par des équipes d’archéologues. Mis en perspective historique, ces deux exemples éclairent le phénomène de la traite clandestine à la lumière d’une discipline en plein essor : l’archéologie maritime.

Bandeau_Ressources-traite_illegale.jpg
(c)National Maritime Museum, Greenwich, London
INSA
9 Rue de la Chocolaterie - 41000 Blois