La frégate anti-aérienne Jean Bart intégrée à la Task Force 473 lors de son départ de Toulon le 1er décembre 2001 dans le cadre de l'opération Enduring Freedom.
ECPAD
Le Lab du jeune chercheur

Marines de guerre en temps de crise internationale, du XVIIIe siècle à nos jours

Face à l’imminence ou au déclenchement d’une guerre, de quelle utilité la puissance navale peut-elle être pour des États désireux d’éviter, de contenir ou de peser sur les hostilités ? Cette table ronde se propose d’en débattre, à la lumière, non seulement, de la longue durée historique, mais aussi de l’actualité la plus brûlante. Les participants s’y interrogeront sur le rôle qu’une ou plusieurs puissances navales sont susceptibles de jouer en pareil cas par l’intermédiaire de leurs marines de guerre, que ce soit pour dissuader l’agresseur, soutenir l’agressé, ou encore s’interposer entre les parties prenantes au conflit. À quelles conditions des forces navales autonomes, coalisées ou alliées peuvent-elles peser sur l’issue d’une crise ou d’une guerre ? Quelles actions peuvent-elles entreprendre, dans l’environnement et avec les moyens humains et techniques qui leur sont propres, sans basculer pour autant dans la belligérance ? Quelles précautions prendre pour anticiper et éviter des incidents, d’autant plus susceptibles d’entraîner une escalade qu’ils impliquent l’un des instruments de puissance les plus sensibles de l’État qui les met en œuvre ?

La frégate anti-aérienne Jean Bart intégrée à la Task Force 473 lors de son départ de Toulon le 1er décembre 2001 dans le cadre de l'opération Enduring Freedom.
ECPAD
Site Chocolaterie de l'IUT
15 Rue de la Chocolaterie - 41000 Blois