Industrialisation, désindustrialisation et Mer : le cas de la sidérurgie

Longtemps installée au cœur des régions minières ou des bassins industriels nés au XIXe siècle, la sidérurgie a modelé des espaces géographiques ou urbains de façon durable tant en France (Nord, Est, Centre) qu'en Europe. Au XXe siècle, l’essentiel des usines européennes s’est déplacé vers les mers, à l’instar de Dunkerque et de Fos. À l'époque, l’objectif visé était la grande exportation.

Ces choix politiques et industriels ont bouleversé les marchés du travail et des produits jusque-là bien établis. Ils ont suscité des réactions parfois brutales de certains partenaires sociaux. De ce point de vue, a posteriori, il parait nécessaire de se demander si la désindustrialisation de la Lorraine ou de la Wallonie ne résulte pas en grande partie de l’essor de la sidérurgie littorale et, plus généralement, de la littoralisation des activités économiques mondiales. De plus, la sidérurgie apparaît maintenant comme un des acteurs majeurs de la pollution sidérurgique. Faut-il, au contraire, y voir les premiers pas d’une reconversion de la sidérurgie vers de nouveaux marchés de haut de gamme et favorable à de nouvelles catégories de salariés, plus qualifiés ?

Autant de questions qui seront abordées lors de la table ronde, organisée en relation avec la publication du Dictionnaire historique de la sidérurgie (Presses Universitaires de Provence, 2022). Elle réunira, Françoise Berger, Maîtresse de conférences à l’Université de Grenoble, Eric Godelier, Professeur à l’École Polytechnique, Philippe Mioche, Professeur émérite Aix-Marseille Université, Pascal Raggi, maître de conférences à l’Université de Lorraine. Elle accueillera deux témoins de premier plan : Guy Dollé, ancien PDG d’Arcelor-Mittal et Edouard Martin, leader du syndicat CFDT Lorraine à Florange.

Campus de la CCI
6 Rue Anne de Bretagne - 41000 Blois