Edition 2020 - Gouverner
Salon du livre Conférence
Publié le 18/08/2020
Dimanche 11 oct. 2020 de 14:00 à 15:30 Campus de la CCI, Amphi Vert

Combattre, punir, photographier – La photographie dans les Empires coloniaux

Carte Blanche aux éditions La Découverte

À l’évocation des mots photojournalisme ou photographie de guerre, la mémoire convoque des icônes dont les plus anciennes remontent aux années 1920 et 1930. On imagine ainsi que les conflits d’avant la Grande Guerre n’ont été que peints, dessinés et gravés et ainsi figés dans un héroïsme un peu innocent avant que les violences du XXe siècle ne soient saisies sur pellicule dans leur réalisme cauchemardesque. - Des albums privés des soldats coloniaux aux fonds des premières agences d’images, ce livre, véritable archéologie de la photographie de conflit, plonge dans des collections parfois laissées de côté par les récits établis. Ce livre se focalise sur les clichés de la violence physique et de la destruction armée, pris non pas comme de simples illustrations mais comme les supports d’une relation sociale. Il démontre comment la photographie bouleverse le rapport des sociétés de la Belle Époque à l’expansion souvent brutale de leurs propres empires et leur regard sur les guerres menées au loin par d’autres. Dans ce monde de la fin du XIXe siècle, les conflits se multiplient de façon inédite et les abus coloniaux ponctuent les conquêtes. En les capturant, l’appareil photographique, devenu portable et abordable, transforme profondément l’économie visuelle de la violence, et ce bien avant 1914. - Au-delà de cette histoire des photographies des corps brutalisés et des violences armées, ce livre est aussi une proposition. Comment présenter des photographies montrant les atrocités indicibles pour les penser et en faire l’histoire ? Loin d’une pornographie du désastre, Daniel Foliard montre que l’observateur, y compris lorsque son regard plonge au cœur des ténèbres, peut retrouver dans les photographies les hommes et les femmes du passé, et non des victimes passives et anonymes figées sur le papier.

6 rue Anne de Bretagne - 41000 Blois