Publié le 15/09/2020

Prix Lycéen du Livre d’histoire


Cette année, c’est l’historien et académicien Pascal Ory qui a accepté de parrainer le Prix et qui le remettra avec le jury lycéen, le 9 octobre .Pour éveiller et renforcer le plaisir de lire des livres d’Histoire auprès des lycéens, Les Rendez-vous de l’histoire de Blois sont heureux d’annoncer la création du Prix Lycéen du Livre d’Histoire, en partenariat avec le magazine L’Histoire et l’association EuroClio, avec le concours de l’Inspection générale (groupe histoire-géographie) et le soutien de la Dgesco, et avec le mécénat du Fonds de dotation LEC’ARTS « L’Espace Culturel Porte-Côté pour tous les ARTS ».

Pour la 2e année du Prix lycéen du livre d’histoire, le comité d’organisation est heureux de présenter la sélection officielle 2021 des cinq livres qui seront donnés à lire aux élèves participants. Le festival Les Rendez-vous de l’histoire accueillera le lauréat ou a lauréate le samedi 9 octobre prochain, à Blois, lors de la 24e édition.

Lauréat 2021

Hélène Dumas, Sans ciel ni terre, paroles orphelines du génocide des Tutsis, Paris, La Découverte,


Sélection de la 2e edition du prix lycéen du livre d’histoire 2021

 

Romain BertrandQui a fait le tour de quoi ? L’affaire Magellan Paris, Lagrasse, Verdier, 2020 (144 pages)Romain Bertrand raconte tout autrementl’histoire de Magellan et de son expédition autour du monde, au début du XVIe siècle. Il croise les sources, renverse les perspectives, met en cause le grand récit traditionnel, faisant apparaître le rôle déterminantqu’ont joué les non-européens, comme ce jeune esclave malais de Magellan, Enrique.


Hélène DumasSans ciel ni terre, paroles orphelines du génocide des Tutsis Paris, La Découverte, 2020 (200 pages)A partir de récits d’orphelins, collectés par une association rwandaise douze ans après le génocide, Hélène Dumas livre une histoire du génocide des Tutsi à hauteur d’enfant. Les mots et le réalisme halluciné des descriptions de ces jeunes rescapés donnent à voir les mots et les gestes mêmes de leurs bourreaux - un regard enfantin mais cru sur ce « théâtre de la cruauté » dans lequel s’abolit à jamais le monde de leur enfance. [Attention : certaines scènes peuvent
heurter la sensibilité des lecteurs.]


Guillaume Blanc, L’Invention du colonialisme vert Paris, Flammarion, 2020 (296 pages)
Au lendemain des indépendances, un nouveau colonialisme aurait prolongé le système : le « colonialisme vert ». Ou comment les institutions internationales et ONG (Unesco, WWF) ont instauré des politiques de préservation de la nature, ayant pour effet d’évincer les populations africaines locales des parcs naturels. Guillaume Blanc dévoile ce « néocolonialisme » apparu au nom de la nature, pour le plus grand plaisir des touristes européens avides de safaris.


Camille FaurouxProduire la guerre, produire le genre. Des Françaises au travail dans l’Allemagne nationale-socialiste (1940-1945) Paris, éditions de l’EHESS, 2020 (283 pages)
Pendant le régime de Vichy, 80 000 femmes quittèrent volontairement la France pour les usines d’armement du Reich. Camille Fauroux propose une histoire dissonante de ces ouvrières françaises oubliées. Un regard genré sur la collaboration économique, le vaste système nazi d’exploitation des étrangers, mais aussi les échappées hors du travail et les expériences inédites de l’amour et de la maternité dans le Berlin en guerre.


William Chester JordanLa Prunelle de ses yeux. Convertis de l’Islam sous le règne de Louis IX Paris, éditions de l’EHESS, 2020 (169 pages)
En 1254, le roi Louis IX ramène de la VIIe croisade 1500 musulmans, afin de les convertir au christianisme et de les établir dans le royaume de France. Pourquoi Saint Louis tenait-il tant à cette acculturation, et comment se réalisa cette immigration forcée ? C’est à cette enquête, menée à partir des livres de comptes, que s’est livré l’historien américain William Chester Jordan, traduit en français par un autre grand médiéviste, Jacques Dalarun.

Lauréat 2020

Charlotte de CASTELNAU-L'ESTOILE, Páscoa et ses deux maris. Une esclave entre Angola, Brésil et Portugal au XVIIe siècle (Paris, PUF, avril 2019) 

partenaires

Voir aussi