Edition 2018, La puissance des images
Salon du livre Table Ronde
Publié le 28/08/2018
Samedi 13 oct. 2018 de 14:00 à 15:30 Campus de la CCI, Amphi Vert

La puissance des cartes ? Pratiques géographiques en Afrique occidentale et dans le nord de la péninsule indochinoise au XIXe siècle

Si la géographie a pu apparaître comme la science de l’impérialisme par excellence et les cartes comme de puissants outils de domination, les deux ouvrages à l’origine de cette table-ronde nuancent cette approche et souhaitent apporter une contribution aux débats actuels sur les sciences en situation coloniale. Le premier traite des explorations européennes et des pratiques géographiques en Afrique occidentale avant la période coloniale tandis que le second s’intéresse à la cartographie des confins d’empires entre Indochine française et Birmanie britannique au tournant des XIXe et XXe siècles.

Dans les deux cas, l’ensemble du processus scientifique est au cœur de la réflexion, depuis les institutions géographiques qui encadrent et émettent des normes jusqu’aux productions cartographiques finales et à leurs usages. Mais c’est surtout par ce qu’ils disent des pratiques sur le terrain que ces ouvrages peuvent proposer des pistes de lecture quant à la puissance des cartes et leurs limites. Explorateurs et cartographes européens sont tributaires des chefs locaux, de leurs guides et interprètes, des moyens de transport que les habitants mettent à leur disposition, sans compter le relief, le climat et l’insécurité. Quelle œuvre scientifique font-ils dans ce contexte ?

La mesure et l’observation fondent la science qu’ils appliquent sur ces terrains qu’ils découvrent progressivement dans l’espoir de réduire le blanc de la carte, mais ne suffisent pas toujours lorsque les déplacements sont contraints ou que le territoire ne se laisse pas apprivoiser par l’œil des Européens. Pour dépasser ce caractère étrange et pouvoir dresser la carte, décrire le paysage, la rencontre avec les populations locales est nécessaire. Enquêtes orales et cartes autochtones, tracées dans le sable, sur papier ou sur tissu, apportent des informations géographiques que les Européens suscitent, traitent et collectent. Elles donnent à voir un processus scientifique complexe, depuis les notes et croquis gribouillés à la hâte jusqu’aux cartes imprimées, qui portent la trace de ces échanges cartographiques.

Campus de la CCI, 6, Rue Anne de Bretagne, 41000 Blois