Edition 2017, Eurêka - inventer, découvrir, innover
Cartes blanches Table Ronde
Publié le 22/08/2017
2017-10-05, 16H30 - 18H Campus de la CCI, Amphi Vert

Reconstruire la France après la Seconde Guerre mondiale : inventions et innovations

Carte blanche à la Région Centre-Val de Loire / Service Patrimoine et Inventaire.

La Région Centre-Val de Loire conduit depuis 2010 un inventaire du patrimoine de la Reconstruction lié aux destructions de la Seconde Guerre mondiale dans plusieurs villes du Val de Loire. C’est dans le cadre de la valorisation de cette étude qu’elle propose une table ronde aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2017. Celle-ci vise à montrer que l’invention d’un cadre administratif dès le début des années 1940 a permis des innovations techniques, à Orléans d’abord avec la préfabrication appliquée à l’habitat collectif, puis à Noisy-le-Sec pour la construction de maisons individuelles.
A l’été 1940, des dizaines de milliers de bâtiments sont détruits suite à l’invasion allemande. Le régime de Vichy doit alors inventer un cadre administratif pour la Reconstruction. De nombreux textes sont rédigés pour encadrer celle-ci, à commencer par la loi du 11 octobre 1940 qui crée le Commissariat Technique à la Reconstruction Immobilière (CTRI). A la Libération et suite aux nouvelles destructions liées aux bombardements alliés, le CTRI est remplacé par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU). Toutefois, le cadre légal et administratif conçu sous Vichy est conservé et n’évolue qu’à la marge, comme le détaillera Danièle Voldman. Celui-ci offre, par ailleurs un cadre favorable aux expérimentations, particulièrement aux innovations techniques.
Le MRU met ainsi en place une politique de chantiers expérimentaux pour favoriser l’industrialisation du secteur du bâtiment. Dans le cas d’Orléans, la décision prise en 1944 doit permettre de tester de solutions innovantes de préfabrication pour l’habitat collectif. Les immeubles concernés sont situés dans le centre-ville reconstruit. Cette première initiative en la matière constitue une innovation essentielle préfigurant les techniques de construction qui seront utilisées pour les grands ensembles. Yvan Delemontey évoquera ce chantier d’expérience conduit entre 1945 et 1949.
Parmi les autres initiatives menées par le MRU, le cas de la cité expérimentale de Merlan à Noisy-le-Sec (1946-1952) dans la banlieue parisienne est lui aussi novateur. Au-delà des aspects techniques liés à la préfabrication, c’est une innovation architecturale et sociale qui est mise en œuvre. Des expérimentations sont menées dans l’organisation et la distribution même des logements, mais aussi en termes d’équipements ménager et mobilier, des enquêtes sont également réalisées auprès des occupants. Cas unique pour la période de la Reconstruction, cette cité est composée de modèles de maisons venues de pays étrangers (Suède, Finlande, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Suisse….). Hélène Caroux évoquera ces différentes expériences révélatrices des objectifs du MRU en matière d’habitation.
Enfin, pour clôturer cette première partie de la table-ronde et ouvrir le débat au public, la Reconstruction sera abordée brièvement sous l’angle de la patrimonialisation.

Campus de la CCI, 6, Rue Anne de Bretagne, 41000 Blois